Guide

Un référencement international pour votre site multilingue : la liste de contrôle

Rédigé par
Rédigé par
Examiné
Examiné par
Un référencement international pour votre site multilingue : la liste de contrôle

Vous avez probablement déjà travaillé dur pour vous assurer que votre site Web actuel soit bien classé dans les pages de résultats des moteurs de recherche (SERP, pour « Search Engine Results Pages »). Peut-être est-il même confortablement installé sur la première page de Google (beau travail !).

Mais que se passe-t-il lorsque votre entreprise se développe à l’international et que vous devez à nouveau réaliser l’ensemble du processus d’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO, pour « Search Engine Optimization », aussi appelé « référencement ») – et cette fois-ci, avec du contenu dans de nouvelles langues ? 

Bienvenue dans le monde merveilleux du référencement international.

La perspective d’entreprendre un travail de référencement international peut sembler décourageante. Mais avec les bons outils et les bonnes stratégies, votre site Web peut s’adresser à des publics internationaux.

Cet article présente tout ce qu’il faut savoir sur le référencement international : pourquoi il est nécessaire, comment élaborer une stratégie de référencement international efficace, les structures d’URL internationales et autres considérations techniques, ainsi que les meilleures pratiques à adopter en cours de route.

Qu'est-ce que le référencement international ?

Le référencement international désigne le processus d’amélioration de votre site Web afin d’augmenter le trafic des moteurs de recherche internationaux vers votre site. Il s’agit d’appliquer les mêmes principes de base que le référencement classique, mais avec quelques lignes directrices supplémentaires pour aider le contenu de votre site Web à être bien classé dans les SERP au niveau international.

Une différence essentielle entre le référencement classique et le référencement international est que ce dernier exige que vous produisiez du contenu – qu’il soit traduit à partir d’un contenu existant ou autre – dans de nouvelles langues, et que vous optimisiez ce contenu pour les moteurs de recherche.

Vous aiderez ainsi les moteurs de recherche à reconnaître les différentes versions linguistiques de votre site et vous attirerez les internautes du pays ou de la région que vous visez.

Un autre point à garder à l’esprit est que votre marché local doit voir les pages correspondant à sa situation géographique. Dans l’idéal, ces pages devraient également être rédigées dans sa langue maternelle.

Comme pour le référencement classique, il n’existe pas d’« astuces magiques » pour accélérer le positionnement de votre site Web sur la première page de Google, Bing ou Baidu du jour au lendemain. Toutefois, il existe des techniques éprouvées pour améliorer de manière significative votre classement international, que nous vous présentons ici.

Nous examinerons l’aspect contenu du référencement international, qui couvre les traductions, les mots-clés multilingues et la traduction des métadonnées. Nous nous pencherons ensuite sur la création de liens pour le référencement international.

Pour finir, nous aborderons l’aspect plus technique des choses, principalement avec les structures d’URL (notamment les sous-domaines et les sous-répertoires). Nous aborderons également les balises hreflang et les options de changement de langue des sites Web.

Pourquoi avez-vous besoin d'un référencement international ?

Si vous constatez, grâce à Google Analytics, qu’une part importante de votre trafic organique provient d’autres pays, c’est un bon indicateur de l’existence d’un public international curieux de ce que vous faites. Mieux encore, il s’agit d’un nouveau marché à explorer.

Mais pour tirer parti de ce nouveau public prometteur, vous devez disposer d’un site Web international adapté à sa langue et à sa situation géographique. Vous pourrez ainsi lui offrir une expérience utilisateur plus fluide et faciliter les conversions.

Étant donné que vous avez mis en place une stratégie de référencement, vous connaissez sans doute les méthodes des moteurs de recherche comme Google pour explorer le contenu, l’indexer et présenter les résultats aux internautes.

Chaque moteur de recherche est conçu pour suggérer aux internautes le contenu le plus pertinent et le plus crédible. Or, ce que les utilisateurs considèrent comme pertinent ou crédible varie en fonction du pays et de la langue. 

Supposons que deux personnes utilisent Google pour rechercher des cafés près de chez elles. L’une d’elles vient d’Italie ; l’autre, du Japon. Ces deux internautes utiliseront des termes de recherche dans leurs langues respectives et s’attendront à obtenir des résultats de recherche locaux dans ces mêmes langues.

Cette attente est due aux méthodes invisibles de fonctionnement du référencement international. Les moteurs de recherche savent que les utilisateurs préfèrent généralement lire le contenu dans leur langue maternelle et rechercher des produits et services locaux. Présenter des résultats dans une autre langue ne ferait que les troubler et les frustrer.

C’est exactement le contraire de ce que Google veut faire. Dans notre cas, il proposera à nos clients italiens et japonais des résultats de recherche différents, adaptés à leur langue et à leur lieu de résidence.

Curieux de savoir à quoi ressemblent les résultats d’un moteur de recherche pour un mot-clé particulier dans différents pays ? Nous avons ce qu’il vous faut. 

Avez-vous besoin d'un site web multirégional ou d'un site web multilingue ?

Les entreprises qui souhaitent pénétrer avec succès un nouveau marché étranger doivent optimiser leur site Web en fonction de leur public cible.

En effet, les clients sont plus enclins à acheter lorsque les informations qu’ils souhaitent ou dont ils ont besoin leur sont servies sur un plateau d’argent virtuel. En d’autres termes, lorsque ces informations sont présentées d’une manière qu’ils peuvent facilement comprendre et qu’elles sont adaptées à leur situation particulière.

Les sites Web multirégionaux et multilingues peuvent tous deux contribuer à la réalisation de cet objectif ; il vous faudra donc décider lequel est le plus approprié à votre situation.

Un site Web multilingue offre un contenu dans plusieurs langues. En revanche, un site Web multirégional est conçu pour des utilisateurs de différents pays qui parlent la même langue, par exemple les habitants de l’Argentine et de l’Espagne qui parlent espagnol.

Un site Web multilingue peut également être multirégional et vice versa, à l’instar du site Web de l’enseigne de mode Bershka :

Page d’accueil de Bershka

Lorsque vous décidez de rendre votre site Web multilingue ou multirégional (ou peut-être même les deux), vous devez tenir compte de trois aspects :

  1. Le ciblage par pays, où vous indiquerez votre région ou pays cible avec une structure d’URL spécifique.
  2. Le ciblage linguistique, qui permet d’indiquer les langues de vos pages à l’aide de balises linguistiques.
  3. La production, le maintien et la ré-optimisation de votre contenu dans la langue maternelle de chacun de vos marchés cibles.

Notez que vous n’avez pas nécessairement besoin d’atteindre ces trois objectifs s’ils ne s’appliquent pas à votre cas particulier.

Élaborer une stratégie internationale efficace en matière de référencement

Tout d’abord, examinons la question du contenu. 

Nous partons du principe que vous avez déjà réalisé une étude de marché approfondie pour prendre votre décision concernant les points suivants :

  • la ou les langues dans lesquelles vous traduisez votre site Web ;
  • les marchés internationaux que vous visez ;
  • les caractéristiques de votre public cible.

L’étape suivante consiste donc à déterminer le contenu à traduire.

Quel contenu devez-vous traduire ?

À la simple idée de la quantité colossale de mots et de pages que contient votre site Web, il se peut que vous soyez au bord du vertige !

Vous pourriez être tenté de ne traduire que quelques pages clés pour alléger votre charge de travail. Cependant, les moteurs de recherche risquent de mal classer vos pages s’ils ne savent pas exactement à quel pays votre site est destiné.

Pour éviter une telle confusion et créer une expérience utilisateur cohérente, la pratique la plus efficace consisterait à traduire l’ensemble de votre contenu pour vos marchés cibles.

La pénétration de nouveaux marchés, un processus gourmand en temps et en ressources, exige également la production d’un contenu de qualité identique dans tous les pays. La bonne nouvelle, c’est que l’utilisation d’un logiciel de traduction automatique comme Weglot peut accélérer le processus de traduction.

Weglot traduit et affiche les différentes versions linguistiques de votre contenu sur votre site Web, et vous permet même de gérer et de modifier vos traductions depuis une plateforme centrale.

Le processus de traduction, qui paraissait si accablant et effrayant, ne demandera plus autant de temps ni de ressources.

Recherche de mots-clés multilingues

Vous devrez ensuite envisager une recherche de mots-clés multilingues. En ciblant les mots-clés appropriés, votre contenu traduit sera mieux classé, ce qui augmentera le trafic organique vers votre site Web.

Cela dit, un mot-clé approprié pour votre site anglais ne le sera pas nécessairement pour son homologue traduit. Pour un ciblage géographique plus efficace, effectuez la même recherche de mots-clés que celle que vous avez effectuée dans votre langue d’origine. Par exemple, vérifiez la difficulté des mots-clés et le volume de recherche mensuel de vos mots-clés traduits.

Même si vous visez des pays largement anglophones tels que le Royaume-Uni et l’Australie, vous devrez toujours prêter une attention particulière à la « traduction » de vos mots-clés.

Une même idée peut être formulée différemment d’un pays à l’autre. Vous devez donc communiquer exactement ce que vous voulez dire, quel que soit le lieu ou la langue que vous visez.

Par exemple, « pantalon » se dit « pants » en Australie, mais « trousers » au Royaume-Uni. Si vous vendez des pantalons, il est essentiel de veiller à ce que votre site Web soit classé en fonction du mot-clé spécifique à l’endroit où il se trouve !

Un autre aspect du référencement international à garder à l’esprit est que si Google est le principal moteur de recherche aux États-Unis et dans d’autres pays anglophones, d’autres moteurs de recherche peuvent être plus populaires ailleurs. En Chine, il s’agit de Baidu. En Russie, c’est Yandex

Liste des traductions Weglot

Traduire les métadonnées de votre site web

La préparation de méta-titres et de méta-descriptions appropriés est cruciale pour le travail de référencement international. Ils aident les moteurs de recherche et les visiteurs potentiels à comprendre le contenu de votre page.

Métadonnées Weglot

Les moteurs de recherche traitent également les méta-titres et les méta-descriptions comme des éléments d’information clés lors de l’indexation des pages Web. Si vous ne traduisez pas ces éléments importants, vous risquez d’envoyer des messages contradictoires sur la langue cible de votre site Web et de nuire à votre classement.

Ainsi, pour garantir le succès de vos efforts de référencement international, ne vous contentez pas de traduire le contenu de votre site Web, pensez également à traduire les éléments de contenu non visibles de votre site !

Filtrer les traductions par méta (SEO) sur le tableau de bord Weglot

Créer des liens multilingues vers votre site web

Le renforcement des liens est une tactique permettant aux entreprises d’améliorer leur classement dans les SERP en créant des liens vers leur site Web (d’où le terme de « backlink », lien retour). Vous pouvez créer des liens retour en publiant des articles en tant qu’invité, en laissant des commentaires en ligne et en obtenant la publication d’articles sur des sites Web faisant autorité.

Et comme vous avez très probablement travaillé sur la création de liens pour votre site Web d’origine, cela vaut la peine de prendre le temps de faire la même chose pour votre site traduit.

Contactez des blogueurs, idéalement des personnes dont la langue maternelle est celle du pays que vous visez et qui travaillent également dans ce pays, et nouez des relations avec eux afin d’obtenir ces liens retour si importants. 

Il est également possible d’acheter des liens retour. Adoptez toutefois cette approche avec prudence, car les moteurs de recherche peuvent détecter ce type de comportement et vous sanctionner en faisant chuter votre classement.

En effet, les moteurs de recherche privilégient le contenu de haute qualité que les internautes trouveront utile, et ce sont généralement des sites Web de spam qui vendent des liens retour.

Vous pouvez également examiner les liens retour de vos concurrents pour découvrir les publications qui ont établi un lien avec vos concurrents, mais pas (encore) avec vous.

Nous recommandons Ahrefs ou Semrush pour effectuer cette recherche de liens retour : ils disposent tous deux d’outils complets et conviviaux pour passer au peigne fin vos classements et liens retour ainsi que ceux de vos concurrents.

Quelles sont les structures d'URL à prendre en compte pour le référencement international ?

Une autre tâche importante en matière de référencement international consiste à décider de la structure de l’URL de votre site Web. La structure de votre URL permet de signaler votre pays cible aux moteurs de recherche afin qu’ils vous classent dans les résultats de recherche appropriés.

Il existe plusieurs structures d’URL :

  • Domaine de premier niveau national (ccTLD)
  • Sous-domaines et sous-répertoires
  • Domaine générique de premier niveau (gTLD) avec des paramètres linguistiques
  • Utilisation d’un nom de domaine complètement différent

Pour les comprendre, il faut d’abord savoir comment s’appellent les différentes parties d’une URL.

Source de l’image : Search Engine Journal

Une URL décrit l’adresse complète d’une page Web, comprenant le schéma, l’hôte et le chemin d’accès. Un nom de ressource uniforme (URN, pour « Uniform Resource Name ») ne décrit que le chemin d’accès. Un identificateur de ressource uniforme (URI, pour « Uniform Resource Identifier ») englobe toutes ces parties.

Les paramètres correspondent aux éléments qui suivent le point d’interrogation dans une adresse URL, comme illustré ci-dessous :

Les paramètres URL expliqués par Semrush
Source de l’image : Semrush

Les paramètres d’une URL se composent d’une clé et d’une valeur, et sont séparés par un signe égal (=). Il est possible d’avoir plusieurs paramètres dans une URL, avec des esperluettes (&) entre chacun d’eux pour les distinguer.

Pour aller plus loin, voici une analyse des différentes structures URL internationales de référencement, avec leurs avantages et leurs inconvénients :

ccTLD

Ce type de structure URL utilise des codes de pays à deux lettres pour informer les utilisateurs et les moteurs de recherche de l’endroit où le site Web a été enregistré. Il peut s’agir d’un pays, d’un État souverain ou d’un territoire dépendant.

Les ccTLD sont faciles à repérer. Par exemple, un site Web utilisant le code de pays français se présente sous la forme suivante : www.exemple.fr. Un site Web utilisant le ccTLD canadien serait www.exemple.ca.

Le pour et le contre

Si vous pensez qu’il serait plus approprié d’opter pour un site Web multilingue, un ccTLD peut être la solution. L’utilisation d’un ccTLD vous permettra de restreindre vos efforts marketing à un pays spécifique. Cela dit, votre capacité à vous classer dans d’autres pays s’en trouvera limitée, car Google pensera que votre contenu n’est pas pertinent pour ces publics étrangers.

Certains sites Web ont tiré parti de certains codes de pays, comme .ai (Anguilla) et .co (Colombie), à des fins autres que le ciblage régional. Il s’agit notamment d’extensions de noms de marques, par exemple :

  • luxuryhomem.ag, qui utilise le code de pays d’Antigua-et-Barbuda
  • midnightradio.fm, qui utilise le code de pays des États fédérés de Micronésie.

Compte tenu de cette ambiguïté potentielle dans la signalisation de la langue cible de votre site Web avec un ccTLD, l’ajout de balises hreflang peut aider les moteurs de recherche à proposer le bon contenu à votre public international.

En outre, le fait d’avoir un ccTLD distinct pour chaque version linguistique de votre site Web signifie que vous devez gérer plusieurs sites Web. Vous devrez alors payer des frais d’hébergement et de maintenance supplémentaires.

Vous repartirez également de zéro, ce qui signifie que vous n’aurez pas d’autorité de domaine et que vous devrez mettre en œuvre des stratégies de référencement dès le départ.

Sous-domaines et sous-répertoires

Un sous-domaine peut se présenter comme suit :

  • th.exemple.com, qui serait un site Web destiné aux utilisateurs thaïlandais ; ou
  • fr.exemple.com, qui serait un site Web destiné aux utilisateurs français.

Il vous permet de placer votre contenu dans une section de votre site Web ayant son propre nom de domaine.

L’utilisation d’un sous-domaine est une excellente solution pour rationaliser vos opérations, en particulier pour les sites de e-commerce dont tout le catalogue est regroupé en un seul endroit, mais qui souhaitent néanmoins atteindre leurs pays cibles.

Vous pouvez également héberger votre sous-domaine dans vos régions cibles respectives pour accélérer le temps de chargement de votre site Web. En revanche, l’hébergement de toutes les versions au même endroit risque de surcharger votre serveur et d’allonger la vitesse de chargement de vos pages.

Un sous-répertoire (également appelé sous-dossier) est une sous-section qui permet de diviser votre site Web principal en dossiers.

L’URL du sous-répertoire exemple.com/th/ correspondrait à l’URL de la page principale thaïlandaise d’un site Web. En revanche, l’URL du sous-répertoire exemple.com/fr/faq/ serait l’URL de la page principale française du même site Web, avec son propre sous-répertoire pour une page traitant des questions fréquemment posées.

Ventilation des sous-répertoires du site web

Avec les sous-répertoires, vous pouvez organiser votre contenu pour cibler des pays spécifiques ou ajouter de l’ordre à la structure de votre site. Le contenu de votre sous-répertoire continuera également à bénéficier de l’autorité que vous avez bâtie sur votre domaine existant.

Si vous créez un site multilingue avec Weglot, vous pourrez choisir entre la création de sous-répertoires et de sous-domaines en fonction de la manière dont vous souhaitez gérer et optimiser votre site (et ses différentes versions linguistiques ou régionales).

Pour en savoir plus sur les sous-domaines et les sous-répertoires, consultez notre guide complet, où nous les abordons plus en détail.

Le pour et le contre

Si vous optez pour des sous-domaines, vous devrez ajouter des balises hreflang pour chacun d’entre eux. Cela permettra aux moteurs de recherche d’afficher le bon contenu pour un public donné. Cependant, l’ajout de balises hreflang peut s’avérer délicat si vous le faites manuellement.

En revanche, les sous-répertoires offrent plus de souplesse, car vous pouvez modifier chacun d’entre eux pour cibler de nombreux pays ou régions dont les utilisateurs parlent la même langue. En outre, vous conservez l’autorité de votre domaine et vos sous-répertoires profitent du travail de référencement que vous avez déjà effectué. 

gTLD

Cette structure d’URL vous est probablement la plus familière. C’est par elle que se terminent les sites Web, comme .com, .gov et .org.

Il est également possible d’associer un gTLD à des paramètres linguistiques pour cibler les locuteurs d’une certaine langue. Par exemple, l’URL exemple.com/?lang=en-au indique que le site Web qui lui est associé est destiné aux anglophones d’Australie.

Le pour et le contre

Les gTLD sont synonymes d’URL plus courtes et plus faciles à retenir, que vos utilisateurs apprécieront. Le nombre de gTLD étant plus élevé que jamais, vous aurez davantage de possibilités d’utiliser des URL créatives pour améliorer la visibilité de votre marque.

Par exemple, si vous êtes un restaurant thaïlandais à Paris appelé Orchid Garden, vous pourriez passer de l’URL maladroite www.orchidgardenthairestaurant.com à une URL plus courte et plus élégante : orchidgarden.paris.

Toutefois, selon le gTLD que vous utilisez, votre site Web risque de sembler peu fiable, d’être considéré comme du spam ou de prêter à confusion. On a signalé des cas d’utilisateurs dont les adresses e-mail ont été filtrées comme étant des spams après avoir utilisé un nouveau gTLD.

Ces utilisateurs ont pu être pénalisés par erreur, car les développeurs ne sont pas toujours au courant de la disponibilité d’une nouvelle extension de TLD.

Un nom de domaine différent

Une autre solution consiste à choisir un nom de domaine complètement distinct pour chaque version linguistique de votre site Web. Ainsi, au lieu de exemple.com, vous pouvez choisir exemplemx.com.

Cela signifie que votre nouveau site Web est situé dans un domaine racine complètement différent. Par conséquent, les moteurs de recherche le considèrent comme distinct de votre site principal.

Avantages et inconvénients

Créer un nom de domaine entièrement différent signifie repartir de zéro. Cela peut être une bonne chose si vous souhaitez faire table rase du passé.

Cependant, cela signifie également que vous ne bénéficierez pas de l’autorité et du profil de liens retour de votre site principal, ce qui peut être une bonne ou une mauvaise chose, en fonction de la qualité de l’optimisation de votre site !

Autres aspects techniques du référencement international à prendre en compte

Étudions maintenant le référencement technique, qui implique des opérations telles que l’ajout de balises hreflang et d’un sélecteur de langue.

Soyez prudent lorsque vous vous attaquez à ces questions techniques, car elles peuvent être difficiles à mettre en œuvre si vous ne les maîtrisez pas.

Mise en place de la traduction côté serveur

Il existe deux approches pour traduire le contenu de votre site Web avant qu’il ne soit présenté au visiteur. 

La première est la traduction côté client (à l’aide d’un extrait de code JavaScript), où votre contenu original est envoyé au visiteur de votre site. Le contenu est ensuite remplacé par la traduction dans la langue locale du visiteur.

La traduction côté client peut être utile dans certaines situations, mais elle complique l’indexation des traductions par les robots de Google, qui ne « voient » que le contenu original.

La deuxième approche est la traduction côté serveur, où la traduction remplacera votre contenu original avant que le serveur n’envoie la page au visiteur.

Les traductions côté serveur étant intégrées au code source de la page, les robots de Google peuvent les détecter et les indexer plus facilement. L’utilisation de la traduction côté serveur signifie également que vos balises de référencement (métadonnées, balises alt, etc.) sont automatiquement traduites dans le code source.

Compte tenu des avantages de la traduction côté serveur, nous vous recommandons de l’utiliser pour traduire le contenu de votre site Web dans la mesure du possible.

Ajout de balises Hreflang

C’est ici que les choses peuvent se compliquer si vous n’êtes pas développeur. 

Les balises hreflang sont de petits éléments du code source de vos pages qui indiquent à Google la langue d’une page et la région à laquelle elle est destinée.

La mise en place de balises hreflang sur vos pages Web peut aider Google à proposer ces pages aux utilisateurs dont la langue et les paramètres régionaux correspondent.

Cependant, les ajouter peut s’avérer compliqué et chronophage, en particulier pour les débutants. 

Vous devez insérer vos balises hreflang dans la section « head » de votre page HTML, dans les en-têtes HTTP ou dans votre sitemap. Il est essentiel d’être cohérent et de ne choisir qu’une seule option pour placer vos balises hreflang. Dans le cas contraire, les moteurs de recherche peuvent mal les interpréter.

Consultez notre guide ultime des balises hreflang pour plus d’informations (et pour découvrir comment insérer les balises hreflang en toute simplicité).

Faciliter le passage d'une langue à l'autre pour les utilisateurs 

N’oubliez pas que les adresses IP n’indiquent pas nécessairement le pays à partir duquel une personne navigue ou la langue dans laquelle elle souhaite consulter votre contenu.

Par exemple, si vous êtes un francophone en Espagne ou un germanophone au Brésil, il peut être frustrant d’arriver sur la version hispanophone ou portugaise brésilienne d’un site Web, sans avoir la possibilité d’en lire le contenu dans la langue souhaitée.

Pour éviter ce problème, définissez la langue par défaut de votre site Web en fonction des paramètres linguistiques du navigateur de l’utilisateur.

Vous pouvez également installer un sélecteur de langue pour aider les visiteurs à basculer votre site Web dans la langue de leur choix.

Ainsi, les utilisateurs resteront plus longtemps sur votre site Web car ils pourront consommer votre contenu plus facilement. Cette augmentation du « dwell time » (temps total passé sur un site) peut également améliorer le classement de votre site Web.

Si toutes les étapes techniques que nous venons d’évoquer vous paraissent intimidantes, sachez que vous pouvez en éliminer un grand nombre en choisissant Weglot comme solution de traduction multilingue !

D’une part, Weglot gère automatiquement la traduction côté serveur et l’implémentation des balises hreflang pour vous. Il peut également vous aider à installer un sélecteur de langue personnalisable sur votre site Web.

Essayez Weglot pour traduire votre site Web en obtenant un essai gratuit ici.

Meilleures pratiques en matière de référencement international

Enfin, abordons quelques bonnes pratiques générales en matière de référencement international : 

Améliorez vos indicateurs de base pour le Web

Entre autres considérations, Google utilise un ensemble d’indicateurs appelés « Core Web Vitals » pour évaluer la qualité de l’expérience utilisateur d’un site Web. Ces indicateurs peuvent avoir une incidence sur le classement de votre site, c’est pourquoi vous devez vous efforcer de les améliorer.

Il existe trois indicateurs Core Web Vitals principaux :

  1. Le plus grand tableau de contenu (LCP, pour « Largest Contentful Paint ») qui mesure le temps de chargement d’un site Web. Plus précisément, il s’agit du temps nécessaire à une page Web pour afficher la plus grande image ou le plus grand bloc de texte visible lorsqu’elle commence à se charger.
  2. Le délai de première entrée (FID, pour « First Input Delay ») qui mesure la rapidité avec laquelle une page Web peut répondre à la première interaction de l’utilisateur (par exemple, en cliquant sur un bouton ou un lien). Notez que le FID sera remplacé par la mesure Interaction to Next Paint (INP, interaction avec le tableau suivant) en mars 2024.
  3. Le décalage cumulatif de la mise en page (CLS, pour « Cumulative Layout Shift ») qui mesure la stabilité visuelle d’un site Web. En général, les sites Web dont les éléments ne se déplacent pas de manière inattendue sur la page pendant que l’utilisateur la consulte obtiennent de meilleurs scores CLS. Les méthodes d’optimisation de votre score CLS consistent notamment à fournir un meilleur contexte pour les changements de page (comme un bouton « Lire la suite » qui permet de développer le contenu de la page vers le bas lorsque l’on clique dessus).

Optimisez votre contenu pour E-E-A-T

Google fait appel à des évaluateurs de la qualité des recherches pour évaluer la qualité des résultats de ses algorithmes de recherche. Elle a également publié un ensemble de lignes directrices à l’intention des évaluateurs de la qualité des recherches afin de les aider à fournir des évaluations cohérentes.

Ces lignes directrices n’ont pas d’incidence directe sur la manière dont Google classe les contenus. Cependant, elles informent les évaluateurs de ce que Google considère comme un contenu de qualité. Le concept E-E-A-T abordé dans les lignes directrices est particulièrement intéressant.

E-E-A-T (« Experience, Expertise, Authoritativeness, Trust ») signifie expérience, expertise, autorité et confiance. Les éléments de contenu qui répondent à ces critères seront considérés comme des contenus de meilleure qualité, susceptibles d’être mieux classés.

Pour être conforme à l’E-E-A-T, le contenu de votre site Web doit être bien documenté, exploitable et utile pour votre public. Il doit également démontrer votre crédibilité, en mentionnant par exemple vos diplômes ou votre expérience dans le domaine concerné.

Améliorer la lisibilité de votre URL

Lorsque vous optimisez votre contenu et votre site Web, ne négligez pas vos URL. En fin de compte, vous avez créé votre site Web pour des êtres humains, et tout ce qui le compose doit donc être facile à consulter et à comprendre. Y compris les URL de vos pages Web.

Regardez les deux URL ci-dessous. Laquelle est la plus facile à retenir et la plus claire ?

  1. votresiteweb.com/fr/blog/1289937
  2. votresiteweb.com/fr/blog/avantages-couverture-lestee 

C’est évidemment la deuxième URL.

Les URL doivent être faciles à retenir, à lire et à taper, et aussi brèves que possible, tout en étant descriptives.

Au lieu d’utiliser un sélecteur de langue, certaines personnes modifient les URL dans la barre d’adresse de leur navigateur pour afficher une page Web dans la langue de leur choix. Par exemple, ils remplacent le « fr » de votresiteweb.com/fr/blog/avantages-couverture-lestee par « de » pour afficher la version allemande de la même page.

Compte tenu de ce comportement des utilisateurs, respectez un schéma d’URL cohérent et sensé pour les aider à changer la langue du site Web en modifiant votre URL. L’utilisation d’URL structurées de manière incohérente ne peut que frustrer vos visiteurs et leur donner une mauvaise expérience du site Web. 

Recherche des meilleures pratiques en matière d'URL dans les domaines ciblés

Nous n’insisterons jamais assez sur les études de marché ! Lorsque vous choisissez la structure de votre URL pour toutes les versions de votre site Web, tenez compte des différences culturelles potentielles entre les moteurs de recherche et les bases d’utilisateurs.

Par exemple, rien ne prouve que le fait d’avoir un ccTLD japonais vous donne un avantage dans le classement de la version japonaise de Google et d’autres moteurs de recherche.

Si vous ciblez les internautes du Japon, il peut être pertinent d’utiliser des caractères japonais dans l’URN (le chemin d’accès à l’URL).

Étant donné qu’il existe plusieurs systèmes d’écriture japonais, vous devrez également décider s’il est préférable d’utiliser les kanji, les hiragana ou les katakana dans vos URL.

Trouver le succès multilingue avec la bonne stratégie de référencement international (et comment Weglot peut vous y aider)

L’expansion sur un marché mondial est une étape passionnante pour votre entreprise. Même si votre site international ne sera peut-être pas classé en 1ère page dès le départ, vous vous approcherez de la réussite en abordant le référencement international avec une planification minutieuse et délibérée.

Optimisez votre contenu en choisissant les meilleurs mots-clés multilingues pour votre entreprise, en traduisant votre contenu, en choisissant la structure URL internationale la plus pertinente et en créant des liens retour vers votre site Web multilingue.

Sur le plan technique, mettez en place des balises hreflang et un sélecteur de langue pour aider les utilisateurs à accéder plus facilement à la version de votre site Web dans la langue de leur choix.

Notre solution de traduction de sites Web Weglot est conçue sur mesure pour vous aider à créer un site Web multilingue et à l’optimiser pour le trafic des moteurs de recherche, en toute simplicité. Elle fait appel à des fournisseurs de traduction automatique pour traduire votre contenu avec un haut degré de précision, avec un contrôle total de la modification par la suite. Il est important de noter qu’elle affiche également vos traductions sur votre site Web.

Vous n’avez pas à vous soucier de créer des sous-répertoires ou des sous-domaines distincts pour votre contenu localisé : Weglot s’en charge automatiquement pour chaque langue.

Mieux encore, il implémente instantanément les balises hreflang afin que les moteurs de recherche sachent immédiatement quelle version de votre site Web proposer aux visiteurs internationaux. C’est aussi simple que cela.

Si vous êtes curieux de voir comment Weglot fonctionne et comment il peut vous aider à bénéficier d’avantages similaires pour votre entreprise, inscrivez-vous ici pour obtenir un essai Weglot gratuit de 10 jours.

Dans ce guide, nous allons nous pencher sur les points suivants :

En savoir plus sur l'utilisation de Weglot

Essayez gratuitement